Le journal national français La Croix est allé à la rencontre des co-fondateurs de Combilift, une société irlandaise spécialisée dans les chariots élévateurs. Découvrez son reportage
Martin McVicar, fondateur de Combilift. Photo: Rory Geary
Systèmes de construction haute technologie Insights from Ireland actualités

Combilift à l’honneur dans la presse française

Marie Dancer, journaliste pour le quotidien national français La Croix est allée à Monaghan, pour découvrir l’entreprise irlandaise Combilift, spécialiste des chariots élévateurs.

« Jour de fête à Combilift. La direction et les 500 salariés de cette entreprise de chariots élévateurs inaugurent en grande pompe, en présence de leurs fournisseurs et clients du monde entier, leur tout nouveau site de production et leur centre de recherche-développement flambant neuf. C’est le plus grand bâtiment industriel du pays : 46 000 m2 – soit six terrains de football –, trois lignes de production et deux autres en projet… »

« Combilift produit 5 000 chariots élévateurs chaque année pour un chiffre d’affaires de 230 millions d’euros, qu’elle ambitionne de doubler d’ici à cinq ans. Le succès de cette société, créée par deux entrepreneurs de la région, symbolise le poids important de l’industrie en Irlande : 24 % du PIB – environ 12 % en France. Elle a pourtant passé des caps difficiles, notamment la crise de 2008, qui a fait chuter son activité de 26 % l’année suivante, et provoqué le licenciement de 43 salariés. »

 

Lors de son passage à Monaghan, la journaliste a discuté avec l’un des co-fondateurs de Combilift des enjeux que le Brexit apporte à cette société irlandaise.

« Combilift affiche aujourd’hui des perspectives prometteuses. Mais cette société qui vient de fêter ses 20 ans, comme les accords du Vendredi saint, doit affronter les incertitudes liées au Brexit. Le Royaume-Uni, son premier marché, représente 25 % des ventes de Combilift, qui exporte 98 % de sa production dans 85 pays. « Le Brexit ne s’est pas encore concrétisé, explique Martin McVicar, cofondateur. Nous continuons à investir fortement sur le marché britannique qui est en progression, et que l’on traite quasiment comme un marché domestique. » »

« Il se prépare pourtant au pire. Au cas où. « Un tiers de nos fournisseurs proviennent du Royaume-Uni, du coup nous élargissons depuis six mois la palette de nos fournisseurs en provenance d’Europe continentale pour nous protéger des droits de douane éventuels », explique-t-il.

« Nous allons pourtant continuer le commerce avec le Royaume-Uni, car nous comptons sur nos produits innovants pour rester attractifs, même si les droits de douane augmentaient nos prix de vente, souligne-t-il. Nous profiterons même peut-être de nouvelles parts de marché si les entreprises du continent se retirent du marché britannique. » »

 

 

Pour lire en intégralité l’article immersif au sein d’une entreprise soutenue par Enterprise Ireland, cliquez ici

Faites-nous part de votre intérêt pour les

Remplissez le formulaire ci-dessous pour en savoir plus sur les avantages apportés par les entreprises irlandaises en matière de [sector], pour consulter des témoignages clients et pour trouver votre partenaire idéal.




S'inscrireS'inscrire

Thank you

for registering to our newsletter