Fintech : selon Chris Skinner, l'Irlande est l'endroit idéal pour les banques
L-R Giles O'Neill, Directeur de la Fintech à Enterprise Ireland et Chris Skinner, expert des services financiers et de la Fintech
Fintech actualités

Chris Skinner : « Depuis le Brexit, l’Irlande est l’endroit idéal pour les banques américaines »

Si le Brexit peut être perçu comme inquiétant par les entreprises irlandaises de certains secteurs, il constitue une réelle opportunité pour la FinTech.

D’après Chris Skinner, expert britannique de la FinTech, présent à Dublin en janvier dernier pour prononcer le discours introductif d’une conférence sur le futur d’Enterprise Ireland dans la FinTech, la perte des droits rattachés au passeport européen pour les entreprises de services financiers basées au Royaume-Uni constitue une aubaine pour l’Irlande.

« C’est une énorme perte pour le Royaume-Uni, dont le marché passe de 28 pays à un seul. » En revanche, Chris Skinner évoque une « bénédiction » pour Dublin, qui en a d’ores et déjà profité.

Depuis le Brexit, l’Irlande est l’endroit idéal pour les banques américaines

« Les banques américaines relocalisent activement leurs principaux services européens en Irlande. Ce ne sont pas des rumeurs, mais ce que je vois », affirme-t-il.

« Cela ne signifie pas qu’elles transfèrent toutes leurs activités à Dublin. Londres reste un grand centre financier mondial. Toutefois, pour les banques américaines qui souhaiteraient avoir accès à l’Europe, si la capitale britannique n’a plus accès au continent, le meilleur endroit après le Royaume-Uni est l’Irlande, non seulement Dublin, mais également la côte ouest du pays. »

Entre-temps, de nouvelles opportunités pour la FinTech émergent avec l’évolution du comportement et de la confiance des banques envers ce secteur.

« Je parle de la FinTech comme d’un parent et de son enfant, la banque étant le parent et la FinTech l’enfant. Il y a cinq ans, tout le monde affirmait que la FinTech allait tout bouleverser et tout détruire pour se débarrasser des banques. Aujourd’hui, les banques sont toujours là, tout aussi prépondérantes et importantes. »

Le résultat est un échange plus mûr parmi les entreprises FinTech concernant le partenariat, la co-création et la collaboration avec les banques.

Les banques comme conservateurs des solutions FinTech

Cela ouvrira la voie pour ce que Chris Skinner considère comme l’avenir des banques, devenir des « conservateurs » d’une série de solutions FinTech intelligentes. Proposer un ensemble de services innovants permettra aux banques de se différencier sur le marché, tandis que la reconnaissance d’une banque de confiance contribuera au succès des entreprises FinTech.

C’est déjà le cas. « L’impact de la FinTech est à son paroxysme notamment grâce à la création de marchés jusqu’ici non desservis ou mal desservis par le système financier traditionnel, que cela concerne les crédits et prêts aux PME, les solutions pour les étudiants ou encore les paiements et prêts P2P », déclare Chris Skinner.

La FinTech favorise également l’amélioration du système financier existant. « Grâce à leurs licences gouvernementales, les banques sont des entités de confiance pour y placer votre argent. En tant que client, vous savez qu’en cas de problème, vos 100 000 € vous seront reversés. Vous n’avez pas une telle garantie avec des entreprises non réglementées et les clients en ont bien conscience », explique Chris Skinner.

Il ajoute que ces derniers sont également « effrayés par l’argent » et détestent changer de compte bancaire.

« Les règles de changement de compte bancaire au Royaume-Uni sont en vigueur depuis cinq ans maintenant, afin d’encourager le changement de banque. Pourtant, il y a actuellement moins de changements de compte bancaire qu’avant l’entrée en vigueur de ces règles. La raison est que les gens se demandent : “ pourquoi changer de banque si tout ce que je veux, c’est une solution sûre et qui fonctionne, comme un service public ? ” »

Comment la FinTech peut-elle éloigner les clients de cette idée ? « C’est très compliqué car la plupart des entreprises FinTech n’ont pas de passé, pas de marque et n’ont pas encore la confiance des clients. Les banques comptent quant à elles, ont des siècles d’expérience, des millions de clients et des milliards d’euros. »

Les innovations de la FinTech fournissent une meilleure expérience client

C’est cette concrétisation qui a encouragé les entreprises FinTech à adopter une approche plus réfléchie de la croissance. « Elles ont progressivement évolué vers un constat et ont pensé : “ Très bien, nous n’allons pas remplacer les banques, mais nous allons améliorer leurs services. ” Et dans ces domaines, leur réussite est remarquable. Elles améliorent l’expérience client en facilitant les interactions avec la banque. »

Elles suppriment « l’inefficacité et la stupidité » des processus bancaires, tels que l’intégration des clients, qui, selon Chris Skinner, ont été conçus lors de la révolution industrielle et pour lesquels il vous faut brandir vos factures et votre passeport dans l’espoir d’ouvrir un compte.

Certaines innovations dans la FinTech sont néanmoins toujours dans une phase de démarrage. « La blockchain est passée par un tourbillon médiatique et erre désormais dans la vallée de la désillusion, principalement parce qu’elle a beaucoup fait parler en 2015 et 2016 avant de se confronter à la dure réalité. C’est donc une technologie très expérimentale », précise Chris Skinner.

« Le développement reste difficile car il doit impliquer, pour que cela en vaille la peine, une collaboration entre de nombreuses tierces parties. Le but de la blockchain est de construire une base de données fiable entre des personnes qui ne se font pas confiance mutuellement. »

Si vous créez une base de données interne, vous n’en avez pas besoin car vous faites confiance à votre propre organisation interne. D’après Chris Skinner, la blockchain est nécessaire lorsque, par exemple, vos homologues financiers, qui ne se font pas confiance, effectuent des transactions entre la Russie, la Chine les États-Unis et Dublin.

« Aujourd’hui, le réseau SWIFT est en place. Demain, ce sera le réseau Ripple ou le SWIFT sur une blockchain, mais il faudra des années pour y parvenir, car les tierces parties impliquées sont très nombreuses et la technologie elle-même n’est pas prête. »

Néanmoins, Chris Skinner estime que si elles sont encore dans une phase d’expérimentation, les technologies de registres distribués (distributed ledger) ou de tout autre type transformeront énormément l’infrastructure centrale entre les institutions, notamment entre les gouvernements, les entreprises et les banques. « Les fondations sont posées aujourd’hui mais il faudra encore trois à cinq ans pour sortir de la phase de concept. »

 

Related Articles

Construction
Oct 7, 2019

L’investissement dans les centres de données en Irlande estimé à 10 milliards d’euros d’ici à 2022

Agritech
Jun 26, 2019

Abbey Machinery promeut l’innovation irlandaise en matière de technologie agricole avec son approche de gestion « total cow »

Fintech

PFS : de société proposant uniquement une carte d’entreprise à leader de la FinTech en Europe

Faites-nous part de votre intérêt pour les

Remplissez le formulaire ci-dessous pour en savoir plus sur les avantages apportés par les entreprises irlandaises en matière de [sector], pour consulter des témoignages clients et pour trouver votre partenaire idéal.




S'inscrireS'inscrire

Thank you

for registering to our newsletter